28 décembre 2020

Soldes, Black Friday : que faire si mon ado veut tout acheter ?

Votre ado a envie de dépenser son argent de poche pour le Black Friday ou les soldes ? En tant que parent, il est important de l’accompagner dans sa quête de bonnes affaires. Faut-il laisser votre enfant faire ses achats seul ou faut-il garder un droit de regard sur ses choix ? Comment éviter les excès en matière de dépenses ? Qu’en est-il du budget à dépenser ? Nos conseils pour un Black Friday serein.

Deux adolescentes devant une vitrine de magasin

Les soldes, c’est oui… mais avec des règles

En tant que parent, il n’est pas toujours facile de trouver le juste milieu lorsqu’un enfant commence à faire ses propres achats avec son argent de poche ou l’argent épargné grâce à ses premiers petits boulots. Il faut en effet lui laisser l’opportunité d’apprendre à gérer son argent tout en faisant attention à ce qu’il ne fasse pas trop d’excès.

Lors des soldes ou du Black Friday, il peut être très facile pour un adolescent de se laisser influencer et tenter par les publicités de ses marques favorites. Pour éviter qu’il ne vide son compte ou sa tirelire, l’instauration de quelques règles peut s’avérer nécessaire.

Définissez un budget ensemble 

Avant la période des soldes ou du Black Friday, vous pouvez définir avec votre ado le montant maximum à dépenser. L’idée est de lui faire comprendre qu’il ou elle peut se faire plaisir sans pour autant dépenser toutes ses économies. En effet, d’autres coups de cœur ou envies d’achat peuvent se manifester à d’autres moments de l’année, et il est intéressant d’avoir des réserves pour se permettre de « craquer ». 

Le montant à allouer aux soldes varie d’un foyer à un autre. Définissez un budget qui vous semble cohérent par rapport aux ressources du foyer.

Invitez votre enfant à faire du repérage 

L’une des meilleures manières de faire des dépenses raisonnées pendant les soldes est d’y réfléchir en amont. Invitez votre enfant à faire le point sur ce dont il a besoin et/ou envie avant la période des soldes. Cela évitera peut-être qu’il se disperse et se laisse trop tenter par des achats impulsifs le jour J. 

Le repérage des articles peut s’effectuer en ligne afin de limiter les tentations. 

Aidez votre ado à débusquer les pièges du marketing

Les soldes et le Black Friday offrent l’opportunité de faire de bonnes affaires, mais tout produit en promotion n’est pas forcément bon à acheter. Il est important d’expliquer à votre enfant qu’il faut faire des choix réfléchis et lui apprendre à se méfier du marketing. Alan Penn, professeur au University College de Londres, indique notamment ceci : « Quand vous faites vos courses, vous devenez une marionnette. Vous faites ce qu’on vous demande et vous le faites selon leur plan. ». Cela est aussi valable pour les achats en ligne. 

Les affiches aux prix barrés, les couleurs vives, les pourcentages affichés en grande taille, la pluie d’e-mails et de SMS envoyés par des marques sont autant de dispositifs conçus pour pousser aux achats compulsifs. Il faut essayer, dans la mesure du possible, d’en faire abstraction et de ne pas accorder trop de crédit au degré d’urgence et d’exclusivité mis en avant. Ne pas se laisser manipuler permettra  à votre ado de se focaliser sur ses vrais besoins et envies.  

Le site economie.gouv.fr recommande notamment de prendre les précautions suivantes en cas d’achats, tout particulièrement pour les achats en ligne : 

  • effectuer des comparaisons de prix entre plusieurs sites ;
  • faire preuve de vigilance par rapport aux frais de port ou éventuels frais de douane ;
  • vérifier la fiabilité des sites sur lesquels on commande.

Aidez-le à peser le pour et contre

Invitez votre enfant à réfléchir à ses envies d’achats. L’objectif est de l’inciter à se questionner et à se pencher sur ses besoins. Est-ce quelque chose qui lui fait plaisir ? Est-ce qu’il s’agit de suivre une mode ?

Est-ce que cela va apporter quelque chose à son quotidien ? Est-ce que l’article « vaut » son prix lorsque l’on s’intéresse à la qualité et son usage dans le temps ? 

À titre indicatif, dans une enquête Harris Interactive pour la Fédération bancaire française (2019), les 8-14 ans indiquaient être influencés par les objets possédés par leurs amis à hauteur de 81 %. 

Il ne faudra toutefois pas pousser le questionnement demandé à votre ado trop loin. En effet, l’enfant a le droit à l’erreur pendant son apprentissage de la gestion financière. Pascale Micoleau-Marcel, déléguée générale de l’institut La Finance pour tous, estime en effet que l’on « n’apprend jamais aussi bien que par ses erreurs, le laisser se tromper en achetant des baskets trop chères et regretter ensuite est important » (Source : Le Monde). 

Faut-il faire les soldes avec votre ado ?

Il n’y a pas de réponse tranchée à cette question. Tout dépend de votre enfant, de la relation que vous avez avec lui et de sa maturité. Il est toutefois possible de trouver un compromis.

Lâcher du lest pour les petits achats

Pour l’accompagner dans sa quête d’indépendance, vous pouvez laisser votre enfant effectuer des achats peu coûteux en toute autonomie. Si vous faites vos courses dans un centre commercial ou une galerie marchande, vous pouvez par exemple laisser votre ado dans le magasin de son choix pendant que vous faites vos achats. Comme vous ne serez pas là, il devra gérer son budget et faire particulièrement attention à ne pas le dépasser. C’est une bonne manière de le responsabiliser. 

Pour les ados plus grands, il est également possible de les laisser faire du shopping quelques heures avec leurs amis (et toujours avec un budget défini).

PS : si vous aimez faire du shopping avec votre enfant, ne changez rien à vos habitudes et profitez de ce moment de complicité. La seule chose qui changera par rapport à d’habitude, c’est que c’est votre enfant qui paiera sa propre note.  

Un accompagnement pour les achats coûteux 

Pour les achats plus conséquents, par exemple une console, un beau manteau, un téléphone, un premier beau sac de marque, il est préférable d’accompagner son enfant dans sa démarche. Il faudra l’aider à réfléchir par rapport à la somme d’argent qu’il souhaite débourser et à l’utilité du produit.

Si l’achat se concrétise, saisissez cette opportunité pour apporter à votre enfant des conseils utiles et pour discuter avec lui de son futur investissement. Vous pouvez par exemple : 

  • l’inciter à comparer les offres et les prix pratiqués d’un vendeur à l’autre pour trouver l’option la plus intéressante ;
  • le sensibiliser à l’utilité ou non de souscrire une assurance pour l’achat d’un produit électronique par exemple ;
  • aborder la question de l’entretien du produit acheté pour préserver son bon état et sa valeur dans le temps. Un sac en cuir nécessite par exemple d’investir dans des produits pour protéger le cuir. C’est un investissement annexe à prendre en compte.

Les sujets à aborder dépendront du produit acheté.

Ce qu’il faut retenir

Pour que les achats de votre ado se passent bien pendant les soldes ou le Black Friday, vous pouvez :

  • aider votre ado à définir un budget en amont ;
  • l’inciter à faire le point sur ses envies et du repérage en ligne ;
  • lui laisser de la souplesse pour les achats peu chers ;
  • accompagner votre enfant pour les achats onéreux en l’invitant à se poser les bonnes questions.

Orange Bank : Tellement simple, tellement mobile…

Parce que ce qui compte pour vous compte aussi pour nous, Orange Bank place l’innovation au cœur de son offre et vous propose une App mobile qui regroupe toutes les fonctionnalités bancaires utiles au quotidien. Une App pensée pour répondre à vos besoins, élue meilleure application bancaire par plus de 92% de ses utilisateurs (Trophée de la Banque Moneyvox 2022).

Si vous êtes de ceux qui cherchent une banque avec laquelle avancer, rejoignez Orange Bank !

Orange Bank - SA au capital de 924 775 712€ - 67 rue Robespierre - 93107 Montreuil Cedex - 572 043 800 RCS Bobigny - Orias n°07 006 369 (www.orias.fr).

Share this article
Written by
Deux adolescentes devant une vitrine de magasin
La Finance Pour TousInstitut pour l'éducation financière du public