27 juillet 2021

Quel est le placement bancaire le plus rentable ?

Quel placement bancaire choisir ? En France, nous avons la chance de disposer de nombreuses options : le livret jeune, le livret A ou encore le très populaire plan épargne logement (PEL). Mais parmi tous ces produits d’épargne, quel est le meilleur placement bancaire ? Tour d’horizon des placements bancaires les plus intéressants selon les situations.

pile de pièces de monnaie à côté d'une tirelire

Comment choisir le meilleur placement bancaire ?

Choisir un placement bancaire en se focalisant uniquement sur le taux d’intérêt n’est pas toujours une bonne solution. En effet, selon les produits d’épargne, les conditions ne sont pas les mêmes. Concernant la disponibilité des fonds par exemple, certains livrets tels que le livret jeune ou le livret de développement durable et solidaire (LDDS), proposent de disposer des fonds à tout moment. Cela signifie que si demain vous voulez récupérer l’argent placé sur ces comptes, vous le pouvez. En revanche, sur des produits d’épargne tels que le plan épargne logement (PEL) ou le plan d’épargne en actions (PEA), vous ne pouvez retirer votre argent qu’après 4 et 5 ans si vous souhaitez profiter pleinement des avantages liés à ces produits. C’est pourquoi, pour choisir le meilleur placement bancaire, il faut prendre en compte plusieurs paramètres.

  • La rentabilité : comment est rémunéré le compte ? Quel est son taux d’intérêt ? 
  • Combien de temps pouvez-vous immobiliser votre épargne ? 1 an, 5 ans, 10 ans ?
  • Quel est votre projet ? Que souhaitez-vous financer ?
  • Quel niveau de risques êtes-vous prêt à accepter ? Êtes-vous prêt à perdre 5 ou 10 % de la valeur de votre capital pour bénéficier de placements plus avantageux ?

Les placements bancaire sur le court terme

Les placements bancaires sur le court terme font référence à des produits d’épargne qui permettent de disposer des fonds à tout moment. Si ces placements bancaires sont sécurisés, en revanche, leur plafond de dépôt et leur taux d’intérêt sont bas.

Le livret jeune

Le livret jeune n’est accessible qu’aux 12-25 ans. Le taux de rémunération du livret jeune est fixé librement par la banque auprès de laquelle le titulaire du compte ouvre son livret jeune. Mais le taux d’intérêt ne peut pas être inférieur à celui du livret A, soit 0,5 % depuis le 1er février 2020.

Le principal inconvénient du livret jeune est son plafond, fixé à 1 600 € hors capitalisation des intérêts. C’est-à-dire qu’une fois les 1 600 € atteints, vous ne pouvez plus déposer d’argent mais le seuil des 1 600 € peut être dépassé lorsque les intérêts que vous rapportent votre capital s’ajoutent à cette somme. À savoir : les intérêts ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu ni aux prélèvements sociaux. Autre avantage du livret jeune, vos fonds sont disponibles à tout moment à partir de vos 18 ans sans autorisation du représentant légal.

Le livret d’épargne populaire

Le livret d’épargne populaire (LEP) propose un taux d’intérêt à 1 % avec un plafond des dépôts limités à 7 700 € hors capitalisation des intérêts. Les intérêts sont exonérés de tout impôt et de prélèvements sociaux. L’argent déposé sur un livret d’épargne populaire est disponible à tout moment. En revanche, l’ouverture d’un LEP est soumise à un plafond de ressources, c’est-à-dire réservé aux personnes dont les revenus ne dépassent par un certain montant déterminé par un barème.

Le livret de développement durable et solidaire (LDDS)

Le taux de rémunération du livret de développement durable et solidaire (LDDS) est fixé à 0,5 % avec un plafond de dépôts limité à 12 000 € hors capitalisation des intérêts. Les intérêts sont là aussi exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux, et la disponibilité des fonds est possible à tout moment. Les fonds collectés sur les LDDS des Français sont centralisés au fonds d’épargne de la Caisse des dépôts et consignations, et servent à financer la transition écologique. 

Le livret A

Depuis le 1er février 2020, le taux de rémunération du livret A est fixé à 0,5 %, avec un plafond des dépôts limités à 22 950 € hors capitalisation des intérêts. Les intérêts sont exonérés d’impôt et de cotisations sociales. Les fonds déposés sur un livret A sont disponibles à tout moment.

Placer son argent en vue d’un projet immobilier

Les PEL et compte épargne logement (CEL) sont deux produits d’épargne qui ont été crées spécialement pour financer un projet immobilier. Produit d’épargne à moyen terme, leurs plafonds de dépôts sont plus élevés mais pas leur taux de rémunération, malheureusement.

Le plan épargne logement

Le plan épargne logement, souvent appelé plus familièrement PEL, permet de déposer jusqu’à 61 200 € avec un taux d’intérêt de 1 % pour les PEL ouverts depuis le 1er aout 2016. Pour les PEL ouverts avant 2018, les intérêts ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu jusqu’à la veille du 12e anniversaire du PEL. Pour ceux ouverts après 2018, ils sont soumis au prélèvement forfaitaire unique de 30 % constitué de 12,8 % d’impôt sur le revenu et de 17,2 % de prélèvements sociaux. Autre point important à souligner : avec le PEL, vous ne pouvez pas disposer de votre argent n’importe quand si vous souhaitez profiter pleinement de ses avantages. Vous devez, en principe, attendre 4 ans pour pouvoir retirer vos fonds sauf retrait anticipé et conséquences qui y sont attachées en fonction de la durée de détention du PEL (droits à prêts diminués ou perdus, recalcul des intérêts au taux du CEL…).

Le compte épargne logement

Le compte épargne logement (CEL) est plafonné à 15 300 € hors capitalisation des intérêts, et doté d’un taux de rémunération de 0,25 % hors prime d’État. Les CEL ouverts avant 2018 bénéficiaient d’une exonération de l’impôt sur le revenu mais ceux ouverts après cette date sont soumis au prélèvement forfaitaire unique au taux de 30 %, comprenant 12,8 % d’impôt sur le revenu et de 17,2 % de prélèvements sociaux. Le CEL permet souvent aux épargnants d’utiliser cet argent comme apport personnel à l’occasion d’un achat immobilier.

Les placements bancaires pour faire fructifier son épargne

D’autres produits d’épargne tel que le plan d’épargne en action sont mieux rémunérés dans le cas d’épargnes à long terme, mais ils présentent aussi plus de risques.

Le plan d’épargne en actions (PEA)

Le plan d’épargne en actions permet de placer jusqu’à 150 000 €. À la différence des autres placements, la rémunération se fait en fonction de la performance des titres qu’il contient. En effet, lorsque l’argent est placé sur un PEA, le capital est par exemple investi en actions ou dans des parts d’organismes de placements collectifs. D’un point de vue fiscal, les dividendes et plus-values dégagées par le PEA sont exonérées d’impôt sur le revenu au bout de 5 ans, mais restent soumises aux prélèvements sociaux. En termes de disponibilité des fonds, des retraits partiels peuvent être faits après 5 ans sans engager la clôture du plan ni le blocage des versements. Des retraits partiels avant le 5e anniversaire du PEA peuvent également être faits, mais uniquement seront soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvement sociaux.

Le PEA jeune

Petit frère du PEA, le PEA jeune s’adresse aux 18-21 ans et aux étudiants de moins de 25 ans qui sont rattachés au foyer fiscal de leurs parents. Ce PEA jeune présente les mêmes caractéristiques que le PEA traditionnel, à la différence près que son plafond est limité à 20 000 €.

Orange Bank vous conseille et vous accompagne…

Parce que nous sommes convaincus que vous êtes capable de gérer seul votre argent, Orange Bank vous promet un accompagnement en phase avec son époque et mettant la confiance au cœur de la relation.

Si vous êtes de ceux qui souhaitent révolutionner la banque, rejoignez Orange Bank !

Orange Bank - SA au capital de 924 775 712€ - 67 rue Robespierre - 93107 Montreuil Cedex - 572 043 800 RCS Bobigny - Orias n°07 006 369 (www.orias.fr).